Amedeo Modigliani, un artiste à part

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Nous allons nous intéresser à la vie d’Amedeo Modigliani, un peintre et sculpteur du début du XXème siècle qui se démarque alors, tant par son art que par sa vie souvent jugée scandaleuse.

Modigliani, l’homme de toutes les passions

Avant d’aborder l’artiste exceptionnel qu’était cet homme mort prématurément, revenons sur les étapes de sa vie, son ascension, et sa fantaisie.

C’est en Toscane, à Livourne, dans une famille de marchands juifs italiens, que naît Amedeo Modigliani en 1884. A quatorze ans, il intègre l’école des Beaux-arts de sa ville natale, des études qu’il poursuivra à Florence à partir de 1902 et à Venise dès 1903.

Il déménage pour Paris en 1906, d’abord à Montmartre et plus tard, à Montparnasse, et commence à figurer les grandes figures de son temps, parmi lesquelles, Pablo Picasso, Max Jacob et Jean Cocteau.

A partir de 1909, il mène une vie placée sous le signe de l’excès, aussi bien d’alcool que de drogues et que de femmes. Sa santé étant déjà fragilisée par une tuberculose antérieure, à partir de ce moment-là, cette dernière ne cesse de se détériorer.

Il rencontre celle qui deviendra sa femme en 1917, elle s’appelle Jeanne Hébuterne et ils auront ensemble une petite fille, aussi prénommée Jeanne (Giovanna). Trois ans plus tard, à seulement 36 ans, Amedeo paye les conséquences de sa vie de débauche et meurt d’une méningite tuberculeuse alors que sa femme est enceinte de 9 mois. Le lendemain, cette dernière se suicide en se jetant d’une fenêtre chez ses parents.

Et si l’italien a marqué, et souvent déplu par sa vie de démesure, cela n’enlève rien à son talent indéniable pour l’art…

Entre fauvisme, expressionnisme et cubisme

Influencé par les artistes de son temps, Modigliani met un certain temps à trouver son style et son instrument de prédilection.

Ainsi, lorsqu’il arrive à Paris en 1906, il prend pour maître Toulouse-Lautrec, Cézanne et Picasso. On reconnait alors dans ses tableaux, la touche surréaliste de Picasso, le cubisme de Cézanne, et le trait rempli de mouvement de Toulouse-Lautrec.

Puis, pendant cinq ans, il laisse de côté la peinture pour ne se consacrer qu’à la sculpture et au dessin, influencé par le travail de Brancusi. Recherchant la beauté intemporelle dans ses sculptures, il taille directement dans la pierre, des visages de femmes, quitte à laisser parfois l’impression d’une œuvre inachevée. Mais peut-être s’était-il approché de l’universalité suprême bien qu’une telle chose n’existe pas, avec ces portraits « inachevés ». Puisqu’ils semblent inachevés, c’est à nous, spectateurs, de nous projeter dans ces portraits et d’y voir ce que l’on souhaite…

En 1914, il retourne définitivement à la peinture et trouve sa vocation dans la représentation psychologique de la figure humaine. Il peint sa femme, des amis, des inconnus et tente d’exprimer, à travers notamment les lignes, la sensualité, le tourment, l’amour et autres sentiments caractérisant ses modèles. La puissance expressive des nus qu’il peindra entre 1916 et 1917 bouleverse et laisse sans voix les artistes de l’époque.

Toujours dans la démesure, Amedeo Modigliani a surpris, choqué, bouleversé par son attitude comme par ses sculptures et peintures d’une expressivité folle. C’est un artiste de l’Ecole de Paris à découvrir absolument.

Alors à l’occasion de votre prochain séjour à Paris, allez marcher sur les traces de ce prodige du côté du Montparnasse artistique. Et quoi de plus logique pour ce séjour à Paris, que de prendre une chambre à l’hôtel 3 étoiles de Paris, la Villa Modigliani, un hôtel du 14ème à Paris, situé au cœur de Montparnasse… ?

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »